Pourquoi réduire ses apports en glucides : l’insulino-résistance

reduire-les-glucides-twitter

Pourquoi arrêter de manger des glucides ? Le « low carb » est à la mode. Les magazines féminins ont déjà commencé à s’emparer du sujet avec plus ou moins de bonheur. L’insulino-résistance est la première indication pour ce type d’alimentation. Elle est rarement mise en avant alors qu’elle touche une majorité écrasante de personnes obèses, en surpoids ou simplement celles qui voient leur tour de taille augmenter inexorablement avec les années.

Bien qu’il s’agisse, pour certains, d’une simple mode, manger peu de glucides est pour d’autres la clé d’une véritable libération : libération des fringales permanentes, de la sensation de faim constante, de la nécessité de manger beaucoup sans avoir beaucoup d’énergie et de la désagréable impression de n’avoir pas d’autre choix pour maintenir son poids – trop élevé – que de s’affamer en permanence. On te raconte partout qu’il est important de s’accepter comme on est, que, malheureusement, les femmes, passé un certain âge, blablabla, que tu devrais plus courir, plus marcher, moins manger, arrêter la mayonnaise. Mais toi, tu sais bien que quelque chose ne tourne pas rond. Que tu manges vraiment vraiment peu, pas gras et que pourtant tu grossis tout le temps.

Le responsable ? Probablement l’insuline, l’âme damnée des glucides.

Une solution ? Réduire les taux d’insuline et retrouver une sensibilité à l’insuline en adoptant une alimentation cétogène, c’est à dire en remplaçant les glucides par les lipides comme source primaire d’énergie : la cétose.

Reprenons les choses dans l’ordre :

Que se passe-t-il lorsque tu manges ?

L’action de l’insuline en conditions optimales

A la simple idée de manger, ton pancréas commence à fabriquer une hormone : l’insuline. La sécrétion d’insuline dans le corps accompagne ton repas et augmente en pic si tu manges un plat riche en glucides, comme des pâtes, des pommes de terre ou une pâtisserie. Le travail de l’insuline, c’est de corriger le taux de sucre dans ton sang (la glycémie). L’insuline agit un peu à la façon d’un aiguilleur face à un afflux de trains : elle va faciliter l’entrée du glucose dans les cellules pour l’évacuer du flux sanguin.

Les cellules utilisent le glucose comme un carburant, qui leur fournit l’énergie nécessaire pour fonctionner et assurer leur propre fonction, différente s’il s’agit d’une cellule musculaire ou d’une cellule du cerveau. Lorsqu’il y a trop de glucose, ce dernier est transformé en gras pour être stocké. Une fois que le glucose a été bien « nettoyé » du sang, le taux d’insuline chute et … tu as faim.

Le mécanisme de l'insulino-résistance

L’insulino-résistance

Les problèmes commencent lorsque les cellules deviennent résistantes à l’insuline. On ne sait pas encore très bien par quel mécanisme cette résistance à l’insuline se produit. Il est probable que, en raison d’une exposition répétée à l’insuline (trop de nourriture glucidique, trop souvent), les cellules cherchent à de « défendre » de cet apport continuel de glucose qui les surcharge en détruisant des récepteurs d’insuline à leur surface. Ces récepteurs sur lesquels l’insuline se fixe aident le passage du glucose dans la cellule à la manière d’une serrure et d’une clé. On pense alors que la cellule réduit le nombre de « serrures ».

Comment réagit l’organisme ? S’il ne peut plus faire entrer suffisamment de glucose dans les cellules, il se retrouve avec trop de glucose dans le flux sanguin. Il va donc libérer encore plus d’insuline, pensant qu’il n’y a pas assez de « clés ». Les cellules vont être encore plus exposées à l’insuline. Tu saisis le cercle vicieux qui se met en place ? Il est probable que cela conduise à terme à un diabete de type 2. Pendant ce temps, comme le corps ne peut pas laisser trop de glucose dans le sang, devine ce qu’il va en faire ? Tu as gagné ! Il va le transformer en triglycéride et le stocker dans des cellules adipeuses.

Qu’est-ce que cela nous apprend ?

  • Tu entends certainement répéter depuis que tu es tout petit que « il ne faut pas manger entre les repas« , « il ne faut pas grignoter tout le temps » etc. Maintenant, tu sais pourquoi : manger tout le temps maintient haut ton niveau d’insuline et aboutit probablement à une insulino-résistance de tes cellules.
  • L’insuline, en plus d’être une hormone de répartition du sucre, est également une hormone qui favorise le stockage. C’est une hormone puissante. Elle supplante les hormones qui facilitent le déstockage des graisses, comme l’hormone de croissance. Si tu manges tout le temps, tu as tout le temps plein d’insuline qui circule. Tu n’as donc aucune chance que ton corps puise dans tes réserves, même si tu es en régime hypocalorique.
  • Manger des plats très riches en glucides rapidement assimilés, comme les aliments à base de sucres ou de farines raffinées entraine un shoot de glucides qui entraine lui-même un pic de glycémie qui entraine un pic d’insuline. Les cellules sont rapidement débordées par l’énergie qui arrive et le corps va chercher à stocker le plus vite possible ce trop-plein.
  • La résistance à l’insuline a plusieurs conséquences
    • A quantité égale de nourriture et de dépense énergétique, tu vas stocker plus de triglycérides que ton voisin insulino-sensible
    • Par conséquent, ce que tu manges produit assez peu d’énergie utilisée par le corps. Autrement dit, ce que tu stockes, tu ne l’utilises pas. Tu vas donc avoir faim plus rapidement. Et tu vas augmenter tes niveaux d’insuline plus souvent, donc tu vas entretenir ton insulino-résistance.
  • Les personnes qui ont une alimentation riche en glucides ont tout intérêt à privilégier une alimentation riche en fibres. Les fibres, qui sont des glucides non digestibles, enferment les autres glucides dans une espèce de nasse. Cela va rendre leur assimilation beaucoup plus difficile et donc beaucoup plus lente. De ce fait, le pic d’insuline sera considérablement réduit. La faim interviendra plus tard parce que l’alimentation en glucose des cellules sera plus étalée dans le temps. Les risques d’insulino-résistance seront donc réduit, de même que le stockage et la sensation de faim toutes les deux heures.

glucose-1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *